Tous Montreuil. Ecolo et populaire!

Tous Montreuil. Ecolo et populaire!

Tous Montreuil, un regard indépendant et critique sur l'actualité politique, citoyenne et environnementale à Montreuil sous Bois, Seine-Saint-Denis. Veiller, Lancer l'alerte, commenter et critiquer l'exercice du pouvoir, s'impliquer dans la Cité, au présent et au futur!

Méliès de Montreuil : Ceux qui nous restent à charge

3 ans après le Film d'Abraham Cohen tourné pendant l'AFFAIRE MELIES est achevé! C'est l'occasion de rappeler que l'AFFAIRE a commencé un an plus tôt que ne le dit Cohen, qu'il s'agit en fait de harcèlement moral et qu'elle n'est pas terminée. "Ceux qui nous restent" sera présenté en soirée de clôture des rencontres du cinéma documentaire. Pour pas changer, on est à la Périphérie de la légalité mais en plein centre du mélange des genres.

3 ans après le Film d'Abraham Cohen tourné pendant l'AFFAIRE MELIES est achevé! C'est l'occasion de rappeler que l'AFFAIRE a commencé un an plus tôt que ne le dit Cohen, qu'il s'agit en fait de harcèlement moral et qu'elle n'est pas terminée. "Ceux qui nous restent" sera présenté en soirée de clôture des rencontres du cinéma documentaire. Pour pas changer, on est à la Périphérie de la légalité mais en plein centre du mélange des genres.

Les rencontres du cinéma documentaire sont un festival non compétitif. Heureusement car le très certainement génial ceux qui nous restent” aurait sinon eu bien des chances de remporter la palme. Enfin... non. Parce qu’il est produit par Dominique Cabrera, qui est aussi vice-présidente de Périphérie. Du coup c’eut été moyen de le faire concourir, quand on sait le talent qu’à Dominique Cabrera pour gagner des prix dans les festivals. Enfin... les festivals organisés au Méliès.

Le choix des films des rencontres du cinéma documentaire, et notamment le choix de celui qui clôturera le festival le 17 octobre n’est pas le très attendu (enfin, attendu par moi...) le très attendu Ex Libris, de Wiseman, sur la bibliothèque publique de New York. Non, le festival sera clos par un film duquel j’ai assisté à une bonne partie du tournage.

“Ceux qui nous restent” est donc le nom définitif de “Lumière sur le Méliès”. Abraham Cohen accompagnait avec sa caméra tous les épisodes publics du conflit du Méliès. Il n’a jamais fait preuve d’un zèle excessif pour demander l’autorisation aux personnes qui étaient présentes, notamment dans les meeting politiques. Mais j’imagine que le montage, qui a pris si longtemps, a veillé à parer à tout embarras juridique, et à en faire de cette magnifique matière brute qu’était le spectacle de l’Affaire Méliès à Montreuil un incontestable bijou du cinéma documentaire.

Je suis tout de même surpris de l’infortune de ce film certainement digne d’être largement présenté de par le monde. Stéphane Goudet n’a t’il pas profité du festival de Cannes pour le proposer à la sélection 2018? C’était peut-être un peu tôt, se posait d’abord la question du distributeur pour ce chef d’oeuvre.

Ben justement ! Cannes ! Le bon endroit pour trouver un distributeur, non?
Peut-être Stéphane Goudet, accaparé par sa mission de service public pour le Méliès (rémunérée plusieurs centaines d’Euros de l’heure, comme vous le savez) n’a t’il pu que très marginalement se consacrer à cette recherche, un peu perso, il faut bien en convenir. Toujours est-il que quelques semaines après Cannes ce film n’a pas de distributeur. A la fin de cet interview où transpire à un niveau qui devient gênant toute la modestie du personnage on voit qu’à l’aube de l’été cette question n’est pas réglée. Des blocages en commission? Incompréhensible! On finirait par croire que ce film est inmontrable.

 Où en est-on à l’heure actuelle? J’imagine que le problème est réglé. Cependant à moins de trois semaines de l’avant première je trouve la promo étonnament faible. Pas d’article, pas d’image, présentation minimale.

La qualité se suffit peut-être à elle-même. La qualité place certainement cette oeuvre au dessus du soupçon d’abus quand on constate qu’il sera proposé durant un festival vice-présidé par sa productrice, dans un cinéma codirigé par son principal promoteur.

Mais bon c’est un film sur Montreuil, sur le Méliès, vous vous lassez peut-être de mon mauvais esprit.

J’attends avec impatience de savoir quel sera le second écran sur lequel il sera projeté.

C’est donc un film de soirée de cloture. Sur une affaire qui finalement n’en finit pas de se clore. Combien de fois aura-t-on parlé de clap de fin à propos des affaires Méliès? Et bim, nouveau procès, nouvelle polémique, nouveau truc.

Contrairement à la thèse du film, l’affaire Méliès n’a pas commencé avec la découverte d’une caisse noire, et ne se conclue pas avec la réintégration de l’EQUIPE. C’est une affaire de harcèlement moral, qui éclate un an plus tôt, qui est mal traitée, (comme le personnel), et qui se prolonge six ans plus tard. Elle se prolonge à Est-Ensemble, où le personnel du Méliès serait finalement transféré l’année prochaine. Une affaire de harcèlement moral que Montreuil n’a pas réglé, et dont Est-Ensemble ne s’est pas formellement saisi.

En écrivant ces lignes je sais que je ne respecte pas le devoir de réserve et que je m’expose à une nouvelle sanction. Mais bon. La défense de l’intérêt des collègues, face au harcèlement moral, je pense que ça se plaide.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

omer dalord 13/10/2017 21:16

j'y suis