Tous Montreuil. Ecolo et populaire!

Tous Montreuil. Ecolo et populaire!

Tous Montreuil, un regard indépendant et critique sur l'actualité politique, citoyenne et environnementale à Montreuil sous Bois, Seine-Saint-Denis. Veiller, Lancer l'alerte, commenter et critiquer l'exercice du pouvoir, s'impliquer dans la Cité, au présent et au futur!

Roms de la Boissière #Montreuil : aider plutôt que lutter

Venez nombreux à la réunion publique mardi 18 Octobre à 19h30, à la Parole Errante. 9 rue François Debergue. J'expose cette photo (dont l'auteur, je le rappelle, semble soucieux au plus haut point de son copyright) , j'expose cette photo en dénonçant non pas la ville et l'Etat qui ont fait ce qu'ils pouvaient pour éviter cette situation, mais les soutiens, qui ont aussi leur part de responsabilité. Ils aident? Ils soutiennent? Mais pour quel résultat? En fait ils LUTTENT. Cette fascination de la lutte qui fait qu'à Montreuil on choisit parfois de mauvais moyens qui n'aboutissent pas aux fins. Venez à La parole Errante mardi, pour convaincre d'aider, plutôt que lutter.

Venez nombreux à la réunion publique mardi 18 Octobre à 19h30, à la Parole Errante. 9 rue François Debergue. J'expose cette photo (dont l'auteur, je le rappelle, semble soucieux au plus haut point de son copyright) , j'expose cette photo en dénonçant non pas la ville et l'Etat qui ont fait ce qu'ils pouvaient pour éviter cette situation, mais les soutiens, qui ont aussi leur part de responsabilité. Ils aident? Ils soutiennent? Mais pour quel résultat? En fait ils LUTTENT. Cette fascination de la lutte qui fait qu'à Montreuil on choisit parfois de mauvais moyens qui n'aboutissent pas aux fins. Venez à La parole Errante mardi, pour convaincre d'aider, plutôt que lutter.

J'étais boulevard Boissière le 28 juillet quand les familles roms ont été expulsées. j'ai marché et roulé en vélo avec eux jusqu'à la mairie. J'ai écouté, parlé, mangé avec eux. Pris des photos, écris, dénoncé, contacté, informé qui, dans mon réseau, avait info et pouvoir d'agir. J'ai cherché, j'ai lu, j'ai compris et appris pas mal de trucs sur la situation et son contexte.

Et début Aout j'avais trouvé une solution (pas légale, mais qui aurait été tolérée un temps par les pouvoirs publics, j'avais tâté le terrain) qui valait la peine d'être tentée même si elle n'a pas été choisie. Moi je proposai une solution pas légale. Car la solution légale (rejoindre les logements d'urgences déjà proposé puis appeler le 115 et attendre) étaient jugées inacceptables. Par les roms comme par leur soutiens, dans un encouragement réciproque à dénigrer ce logement d'urgence qui héberge des dizaines de milliers de personnes chaque jours.

Je n'arrive pas à écrire cet article. six ou sept fois que je m'y reprends. tant de choses dont je voudrais parler, que je voudrais dénoncer. je vais écrire au kilomètre, décousu, vous commenterez, je répondrai.

Je repense à Colette Lepage. Quelques jours avant sa mort on travaillait à un projet d'insertion justement avec les roms du 250. Un projet en lien avec un évènement se tenant ce samedi à la bibliothèque. il n'y a pas que la LUTTE qui aiderait? Il y a aussi le TRAVAIL, culturel et surtout social. la lutte actuelle gâche une bonne partie du travail social.

Je ne vais plus voir les roms du 250 sur la place. Je parle avec eux quand je les croise, et ils savent qu'ils seront accueillis avec bienveillance à la bibliothèque. Certains y sont inscrits et en profitent. Les adultes savent aussi que je voudrais qu'ils prennent leur droit à l'hôtel social et que je désapprouve leur choix du camp illégal, et quand on parle ça clot souvent la discussion.

Au réunions des soutiens j'ai donné mon nom pour la "commission accès aux droits". Jamais je n'ai été contacté. Les "soutiens" le savent : Je trouve leur bras de fer contre productif. Quand on est faible, il ne faut pas chercher le rapport de force. Il faut choisir la voie du droit. Or leur droits les roms les perdent.

Ils avaient le droit à un logement. Ils en ont eu. Ils les ont laissé sans prévenir, parce que ces logements étaient trop loin? soyons clair, pendant que les roms renonçaient à user ce droit, d'autres en étaient privés et devaient attendre une nuit de plus dans des conditions de logements ou de non logements non choisies.

mais on choisit la lutte! venez nombreux à la Parole Errante, Pour exiger, "imposer" à la municipalité et l'Etat un relogement "précaire" à Montreuil.

Le choix de l'hôtel et des allocs auraient évité les OQTF sur lesquelles vous pouvez toujours téléphoner à celui qui s'est proposé pour la commission droit. Oh mais c'est vos certitudes sur le droits qui ont conduit à cette aventure de squatt de la rue Faidherbe. A ouvrir des lieux.

Je veux aider et c'est pour cela que je ne rejoins pas les soutiens qui ont choisi la lutte. Qui ont choisi l'aide par le don du pot commun et de la charité facebook, bon pour la conscience, mais désastreux pour l'indépendance et le droit. Et oui! On me réfutait quand je disais que les roms ont aussi le droits aux allocations sociales et que c'était déplorable que cette situation les en prive, comme si je les insultais en voulant qu'ils tirent leur subsistance des allocs. Mais le choix de l'hôtel social et des allocs auraient évité les distributions d'OQTF, bon sang!

A Montreuil les roms peuvent vivre (très mal) en faisant la biffe et la manche. Dans les hôtels sociaux du 115, pour s'en sortir, il faut suivre le droit commun. j'ai un scoop : CE N'EST FACILE POUR PERSONNE! Plus dur pour les Roms? Oui, car ils sont discriminés. Mais nous parlons de personnes qui suscitent un élan solidaire! Ils sont parrainés par Josiane Balasko et Robert Guédiguian! L'éloignement des hôtels est un problème? Est-ce qu'on ne peut pas leur payer, en plus du pass navigo avancé, un taxi ou un Uber? Faites des séances non commerciales au Méliès pour financer!

Non. On fait un pot commun pour financer la lutte. Un pot commun plutôt que le droit commun. Un bidonville de luxe, une misère et une détresse photogénique sous copyright et vidéos documentaires protégées. Plutôt que la pauvreté banale de la lointaine banlieue.

la lointaine banlieue ou doivent vivre de plus en plus de personnes qui travaillent à Montreuil. dans le service municipal de la propreté par exemple. Ces employés pour qui j'ai eu des mots très durs pour le comportements de certains d'entre eux au moment de l'évacuation.

je perds le fil de mes idées. Je dégueule ici tout ce que m'inspire en vrac cette situation.

Je serai mardi à la Parole Errante. La Parole Errante, où les collectifs, les assos radicales, les autonomes, autogérés s'amusent en after work, et font le bien pour la planète entière en changeant la société hors du principe de réalité. En voulant des moyens et une totale liberté, sans avoir à tenir compte d'un quelconque principe de réalité. Avec l'argent du conseil général le plus pauvre de France.

je serai à la Parole Errante Mardi soir vers 20h. Pour aider, pas pour lutter.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article